MENU:
LE FIEF DE MONTIGNY
Carte Cassini
Cadastre napoléonien de la commune de Monétay-sur-Allier pour l'année 1838
Source: Archives départementales de l'Allier - http://archives.allier.fr/
Monetay sur Allier

Le fief de Montigny aurait appartenu à la famille de LA CODRE, ancienne famille du Bourbonnais.

(de) LA CODRE: seigneur des Tanières de La Grillière de Montpensin de Salus des Héraults de Puyréal de Boutonne de Montigny Châtellenie de Verneuil. Originaire de Combraille et en Bourbonnais.

Monetay sur Allier

Généalogie de la famille de LA CODRE.

Cette ancienne famille, dont le nom s'écrivait aussi la Coudre et la Couldre, est originaire du Bourbonnais, où est située la terre de son nom, indiquée dans la carte de Cassini, à six lieues au sud-ouest de Saint-Pourçain, dans le pays de Combraille, et où elle a possédé les seigneuries de Tunières, de la Grillière, de Montigny, etc. On trouve que, dès l'an 1352, Jacques de la Codre, damoiseau, fît hommage de la maison de ce nom et des cens et autres droits qu'il avait dans la paroisse de Saint-Didier et de Parey, Sancti Desidtrii et Paredy, près de Saint-Pourçain. (Arch. de l'emp. Reg. P. 471 ; pièce 38.)

Dès le siècle suivant, la seigneurie de la Codre avait , passé en d'autres mains; car elle appartenait, en 1439, à Jean de Viger, Vigerii, fils de feu Nicolas de Viger, damoiseaju (ibid.); et Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, rendit hommage au duc de Nevers pour le fief de la Coldre, à cause de Donzy, en 1456. (Inv. des titres de Nevers; bibl. imp., mss., tome II, p. 1265; Armoriai du Bourbonnais , par M. le comte de Soultrait, page 139.)

Robert de la Couldre figure au nombre des brigandiniers convoqués aux ban et arrière-ban de 1467 par le comte de Nevers; et Jehan de la Couldre, écuyer, est porté sur la liste de ceux qui doivent fiefs au comté de Nivernois, en 1503, pour la levée du ban et arrière-ban, dressée par Évrard de Digoine, seigneur de Saint-Gratien. (Inv. des titres de Nevers, pages 2679 et 3043.) Mais, par suite de la perte de ses papiers, la généalogie de la famille de la Codre ne remonte d'une manière authentique et sur preuves originales, pour la branche dont nous nous occupons plus spécialement ici, qu'à Jean de la Codre, dont l'article suit :

I. Jean de la Codre, seigneur de Puyréal et des Héraults, né vers 1640 , avocat en parlement, châtelain, pour le Roi, de Briolles, du Tel et de Monfont, subdéiégué de l'intendant de la généralité de Moulins, ayant acquis, le 14 juin 1702, divers droits dus à la seigneurie du Bouchat, et, le 14 mai 1703, le fief de Puyréal pu de Puyroy, en rendit hommage au roi entre les mains de Claude Guérin, écuyer, seigneur de Chermont, lieutenant général en la chambre du domaine de Bourbonnais le 23 juin 1702. (Arch. de l'emp., P. 476 *, pièce 82.) Il avait épousé Catherine Panay, dont il était veuf avant le 2 mars 1699, et il mourut'le 8 avril 1705, laissant de cette union :

1° Pierre de la Codre, qui suit;
2° Gilbert de la Codre, seigneur du Boutonnet, témoin de l'acte de mariage de son neveu, le 3 juillet 1725;

3° Jean de la Codre, seigneur de Puyréal, avocat en parlement, subdélégué de l'intendant de la généralité de Moulins, témoin dans le même acte; il fut père de Gabriel de la Codre, alias de la Coudre, écuyer, garde, du corps du roi, qui rendit hommage en 1733 pour le fief de Puyroy, paroisse de Saulcet '.

II. Pierre de la Codre, seigneur de Montpansin et des Héraults, né vers 1670, rendit hommage au roi le 14 mai 1717 pour le flef de Puyréaî, comme mandataire de Jean de la Codre, son frère. Il fit lui-même acte de foi et hommage pour ses droits seigneuriaux en la châtellenie de Verneuil et en donna le dénombrement en 1724. Il avait épousé,

1 Voici la teneur de cet acte conservé aux Archives de l'empire ; registre P, 479; pièce 43.

Aujourd'huy, douze février mil sept cent trente trois, pardevant nous, Claude Guérin, escuyer, seigneur de Chermont, conseiller da roy> président et lieutenant général en la chambre des comptes du domaine de Bourbonnois, en présance du procureur du roy a comparu Gabriel de la Coudre, escuyer, garde du corps du roy, fils et heritlier de deffunt Jean de la Codre, conseiller du roy, subdélégné de M. l'intendant en la ville de Saint-Pourçain , lequel nous a remontré qu'en celte qualité il est propriétaire du fief de Piroit, scitué eu la paroisse de Saulcet, mouvant de Sa Majesté à cause de son duché de Bourbonnois, châtellenye de Verneuil, pour raison de quoy il désireroit faire la foy et hommage qu'il doit au roy, nous requérant le vouloir recevoir à faire icelle; adhérant à laquelle réquisition, après que ledit sieur de la Codre a posé ses bottes, éperons et son épée, teste nue, à genoux et les mains jointes, a promis et juré par serment presté de ne faire faux aveu et de garder les chapitres de fidélité, tant anciens que nouveaux, nous l'avons receu, en ladite qualité, à la foy et hommage dudit fief de Piroit; et, ce requérant le procureur du roy, ordonnons qu'il en fournira l'aveu et dénombrement dans le temps de la coutume, et a signé avec nous le procureur du roy et notre greffier.

Signé : GcÉrin De Chermont; Dominique, procureur du roy ; De La Codre Dit Puyroy; Girouard, greffier. le 2 mars 1699, à Saint-Pourçain, Marie Desroline, petitetille de Pierre Desroline, fermier général de M. le Prince, dont il eut un fil», qui suivra.

(On retrouve à la même époque François de la Coudre, conseiller au siège royal de Bellac, dont le blason fut enregistré en 1699 dans l'Armoriai général de France, et qui est peut-être le même que François de la Codre qui fit hommage en 1724 et 1733 pour le fief de la Grillière, qu'il tenait de Catherine de Rives, sa femme. (Arch. de l'emp. Reg. P. 478 et 479.) Mais comme il a existé en Bretagne une autre famille de la Coudre, à laquelle appartenait François de la Coudre, sieur de la Garenne, vivant en 1670, on ne saurait rien préciser à ce sujet.

Sépultures des descendants de François de LACODRE à CONTIGNY
Les propriétaires du Château de La Grillière
Monetay sur Allier
Monetay sur Allier
Monetay sur Allier
Monetay sur Allier
Charles De LACODRE
Marie De LACODRE
Felix De LACODRE
Felixe De LACODRE

III. Jean-Baptiste de la Codre, sieur de Montpansin, né le 10 mai 1700, filleul de son aïeul paternel, avocat au Parlement, bailli, châtelain, juge ordinaire civil, criminel et de police, de la ville et bailliage de Saint-Pourçain et subdélégué de l'intendant de Moulins, épousa, le 3 juillet 1725, Gilberte Chabrol, fille d'Antoine Chabrol, sieur de Pourat, et d'Anne Causse. Il est décédé le 31 octobre 1769, laissant de son union, entre autres enfants:

1° Pierre de la Codre, receveur général de la régie, à Bourges;

2° Pierre-Pourçain, dont l'article suivra;

3° Nicolas-Jean-Baptiste de la Codre, sieur de Montpansin et des Guénégauds, conseiller du roi, lieutenant général de la prévôté royale de Palluet, bailli de SaintPourçain et subdélégué de l'intendance de Moulins au département de la ville de Saint-Pourçain.

IV. Pierre-Pourçain de la Codre de Beaubreuil, né en 1727, épousa, le 24 novembre 1761, Madeleine-Geneviève Foucher, fille de François Foucher et de Marguerite Bussière, dont il eut :

1° Joseph-Pourçain, qui suit;

2° Pierre-Robert, décédé en minorité et sans hoirs mâles le 29 mars 1790.

V. Joseph-Pourçain de la Codre de Beaubreuil, né le 14 octobre 1772, aide de camp du général Marceau, puis commissaire des guerres, se retira du service pour raison de santé en 1796, et se maria le 17 janvier 1797 avec Victoire-Jeanne^Charlotte Cesbron. Il est mort le 31 janvier 18Î12, ne laissant de son union qu'un fils, Joseph Michel, qui suit.

VI. Joseph-Michel de la Codre de Beaubreuil, né le 20 pctobrp 1798, avocat, notaire honoraire, membre associé de l'Académie de Caen, auteur de plusieurs ouvrages de morale et de cosmologie.

Armes : d'azur, à la croix haute d'or, accompagnée en chef de deux étoiles d'argent, et en pointe d'un croissant du même. (Voyez pi. AX.)

Ce blason, rapporté dans l'Armorial du Bourbonnais par le comte de Soultrait, paraît être le blason primitif de la famille. Cependant la branche de Montpansio avait presque constamment adopté comme armoiries parlantes : coupé, au 1" d'azur, à cinq coquerelles posées en pal, sur deux rangs; au 1« d'argent, à une branche de coudrier de sinople. — L'écu surmonté d'un casque de face. — Supports : deux aigles.

Source: Annuaire de La Noblesse de France Et Des Maisons Souveraines de L'Europe (1882) - D'Hauterive, Borel (page 146)

Monetay sur Allier

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



Monetay sur Allier



Monetay sur Allier


Mise à jour de la page Résistant Sombre période, le 02/04/2017




Création page Le Violon, le 08/02/2017




Mise à jour de la page Le père et la mère BON DIEU, le 05/02/2017




Création page Chemin de fer, le 05/06/2016




Création page Le père et la mère BON DIEU, le 28/03/2016




Mise à jour du fief des Morats, le 27/03/2016





Monetay sur Allier

Monetay sur Allier